décembre 6, 2021

SANTE221

L'info au-delà du diagnostic

Refus d’affectation: Les sanctions qui pèsent sur certains médecins spécialistes

Des sanctions pèsent sur le dos des médecins spécialistes qui refusent de répondre à des affectations dans certaines localités réputées difficiles. Au nom de l’égalité territoriale du service public et de leur engagement le ministre de la santé a brandi des menaces prévues dans le secteur administratif.
L’absence d’un gynécologue à Kolda a relancé le débat des médecins dans certaines spécialisations. En plus d’être un nombre limité, certains d’entre eux refuse d’aller dans certaines zones réputées difficile pour diverses raisons. Interpellé sur la question, le ministre de la santé et de l’action sociale a brandi des menaces. « Il s’est posé le problème de l’affectation des gynécologues, et ceux qui ont refusé verront une procédure de remboursement de la bourse de spécialisation, mais une procédure administrative adapté au refus de ne pas prendre service au niveau de Kolda » a dit Abdoulaye Diouf Sarr. Il s’est exprimé sur la question face à la presse en marge de la revue annuelle du plan de développement nationale sanitaire (PNDSS). Il Précise tout de même que de manière globale, les médecins sont responsables et engagés à servir dans tout l’Etat. « Ces cas étaient des cas isolés il faut le dire. A ce niveau, les spécialistes que nous formons ont signés un engagement de service public mais quand on est dans le système on répond à l’employeur qui reste l’Etat. C’est à ce niveau qu’il faut poser le débat avec objectivité. Quand un spécialiste est affecté dans une région et quel que soit la région, il doit prendre service. C’est l’équité territoriale qui l’impose et c’est aussi l’égalité du service public et la responsabilité du fonctionnaire » dit-il. Selon le ministre, notre Sénégal forme assez de spécialistes dans la sous-région mais au niveau local aussi. A l’en croire, la bourse de spécialisation était il y a quelques années à 150 mil franc. C’est la raison pour laquelle les jeunes médecins ne se bousculaient pas parce que n’ayant pas la possibilité de prendre en charge cette spécialisation. Le chef de l’Etat a demandé à ce qu’elle soit doublée. La Bourse est à 300 000 F CFA. Les spécialistes sont nombreux mais il se pose toujours la problématique des affectations dans les lieux difficiles